23 novembre 2005

Leçon de météorologie, aujourd’hui : Le facteur vent

C’est quoi cette affaire de facteur vent. Parce que le froid ne suffit plus maintenant, il faut que le vent vienne s’en mêler ! Pour être clair, aujourd’hui ils annoncent -7°C. Mais à ça il faut ajouter le facteur vent. C’est-à-dire qu’on a des chances (moi je dirais plutôt des risques) d’atteindre la sensation d’un -15°C. On m’avait pas prévenu.

Voici l’explication, commentée, de Monsieur Météo Média :

Facteur éolien

Les êtres vivants sont sensibles à la présence du vent. (Et les garçons sensibles vivants le sont ils plus que les êtres vivants ?) L'été, en période de canicule, on a tous déjà souhaité qu'une brise légère vienne rafraîchir l'air environnant. (oui mais là on est en hiver ducon, alors t’arrêtes de faire rêver le monde.)

Les manifestations du Dieu Éole (m’en fous, chuis athée) ne sont toutefois pas toujours bienvenues durant la saison hivernale car le vent nous donne l'impression qu'il fait plus froid que le mercure ne l'indique (je me lève et je confirme. Ceci étant je ne vois pas le rapport entre le froid et mon chat Mercure (oui pour ceux qui ne le savaient pas, mon chat s’appelle Mercure)). On parle alors de facteur de refroidissement éolien, lequel est calculé en combinant la température de l'air à la vélocité des vents (férocité, pas vélocité). Ce calcul nous permet d'obtenir une lecture de la température ressentie par un être humain en présence de temps froid et venteux. En fait, le facteur de refroidissement éolien mesure la rapidité à laquelle le corps humain perd sa chaleur lorsqu'il est exposé au vent. Il a été créé dans le but de réduire les risques d'hypothermie, d'engelure et autres dangers reliés au froid (merci beaucoup, ça rassure). Consulter le facteur de refroidissement éolien avant de sortir nous permet de se vêtir adéquatement pour profiter pleinement des plaisirs de l'hiver (tu parles d’un plaisir toi ! Galoper dans la neige, les pieds mouillés, sous un vent à décorner les bœufs… J’aimais déjà pas le sport l’été alors l’hiver… Et puis je voudrais pas jouer au maudit français mais j’aurais dit : nous permet de nous vêtir de manière adéquate… C’est le côté prof qui ressort).

Formule (attention, c’est scientifique, voici la formule alibi, c’est donc du sérieux)

T(FRÉ) = 13.12 + 0.6215 * T - 11.37 * V0.16 + 0.3965 * T * V0.16

Où : T(FRÉ) est la température équivalente en degrés Celsius, V est la vitesse du vent en km/h mesurée à 10m de hauteur (ben tiens, je vais me balader avec des échasses sur la glace), T est la température de l'air en degrés Celsius.

Tableau de conversion

tableau_vent22

La température équivalente a été créée pour les êtres vivants (quel est le con qui a inventé ça ? Il l’aurait pas inventé, on ne le saurait pas et l’ignorance empêche bien des souffrances…Vive le créationnisme, à mort Darwin !)

En situation normale, notre température corporelle se maintient à 37,2°C. Lorsqu'il n'y a pas de mouvement de l'air, la chaleur dégagée par notre corps réchauffe la couche d'air à la superficie de la peau. C'est le vent qui chasse continuellement cette couche d'air chaud et la remplace par de l'air plus froid qui nous fait ressentir une température (la température équivalente) plus basse que la température réelle de l'air ambiant; le corps doit continuellement compenser cette perte de chaleur pour maintenir la température corporelle à son niveau normal (j’ai trouvé la preuve scientifique qui me permet de continuer à bouffer gras. Elle est pas belle la vie).

La température équivalente n'a donc de sens que pour les êtres vivants puisque tous les objets inanimés (avez-vous donc une âme) ne génèrent pas de chaleur et n'ont donc pas à compenser cette perte de chaleur essentielle à la vie. (J’entrevoie une solution. Si je suis mort, plus de problème !! C’est peut-être un peu radical, non ?) La température d'un thermomètre que l'on exposerait (au vent) par la fenêtre d'une voiture en mouvement ne serait par exemple aucunement différente de celle enregistrée dans les mêmes conditions, mais à l'arrêt; le mouvement de l'air autour du thermomètre n'influence pas la température de celui-ci. (Oui mais est ce que le mouvement du thermomètre dans l’air influence la température de la voiture ? C’est pas rigoureux tout ça.)

Il faut prendre en considération que le facteur de refroidissement éolien n'est qu'un indice et que la température ressentie peut varier en fonction du réchauffement solaire, de l'humidité, de la façon dont nous sommes vêtus (déguisés vous voulez dire ? Parce que moi je ne suis pas habillé pour l’hiver mais déguisé pour l’hiver) et du fait que nous soyons immobiles ou en activité.

Fred, météorologue dans le vent

Posté par Fredaucanada à 11:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Leçon de météorologie, aujourd’hui : Le facteur vent

Nouveau commentaire